À propos

Nouvelles

 Conférences graphiques

Naudin et Peignot
L’art et l’industrie
imagemenu
CROQUIS DE CAMPAGNE
Recueils de lithographies d’après les carnets de croquis de Bernard Naudin, Paris, R. Helleu, éditeur, 1915 et 1916
2 CHEMISES CARTONNÉES, FORMAT 26 x 32 CM   

Ces deux jaquettes de la couleur bleu horizon des uniformes des soldats français de la Grande Guerre contiennent une suite de lithographies d’après ses croquis de campagne par Bernard Naudin. Le visage mythique du Poilu, celui de nos grands-pères, est né spontanément des crayons de tels artistes. Naudin, excellent illustrateur et graveur de la veine populo-réaliste, nous livre personnages et saynètes aperçus sur le front et crayonnés à la hâte ou de mémoire.

Les recueils s’ouvrent par un touchant portrait in memoriam (v. reproduction ci-dessus) de André, l’un des quatre frères Peignot morts à la guerre – comprendre : morts tous les quatre ! – celui avec lequel il menait d’ambitieux projets d’édition d’art. Les Peignot furent les principaux employeurs de Naudin dans le cadre des activités de leur fonderie typographique, l’une des plus importantes de l’époque (1). Après l’hécatombe de la guerre, l’entreprise familiale continua ses activités en s’associant avec une autre grande fonderie : Deberny – héritière des lointaines activités d’imprimeur d’Honoré de Balzac et De Berny associés.

Comme d’autres artistes employés par Deberny-Peignot, tel Auriol, Grasset, Cassandre, etc., Naudin était créateur de vignettes et d’ornements – et aussi d’une police de caractères très personnelle qui porte son nom (Cf. le Spécimen général Deberny-Peignot 1926) (1). Naudin était par ailleurs illustrateur de livres pour d’excellents éditeurs, tel Helleu qui publia ces carnets.

Il est intéressant de comparer ces croquis gratuits avec ses travaux industriels. On y ressent ce que l’exercice de création graphique, considéré le plus souvent comme un divertissement, peut aussi comporter et faire ressentir d’urgence et de vitalité.