À propos

Conférences graphiques

 Nouvelles

À voir
La retouche photo avant Photoshop (exposition, New York)
imagemenu
FAKING IT: MANIPULATED PHOTOGRAPHY BEFORE PHOTOSHOP

Exposition du 11 octobre 2012 au 27 janvier 2013, The Metropolitan Museum of Arts, 1000 5th Ave (at 82nd Street)
 New York, NY, et catalogue d'exposition, 296 pages, 60 $

www.metmuseum.org

Images ci-dessus (de haut en bas et de g. à dr.) : « Audrey Hepburn, New York, Jan. 1967 », par Richard Avedon, collages de tirages argentiques et aérographe. Couverture du Saturday Evening Post, (1941), assemblage de plusieurs photographies, retouches de photogravure puis impression offset. « [ William Randolph ] Hearst Over the People» (1939), par Barbara Morgan, collage et peinture. « B. Murray en transe avec l'esprit d’E. Bonner » (1872), par William Mumler, superposition. « Before and After » par Jim Shaw (1978), retouches manuelles sur épreuve argentique.

Qu’une institution prudente comme le Met puisse inclure dans le nom d’une de ses expositions une marque commerciale nous signale que cette marque est déjà considérée comme un nom commun. La marque en question est celle du logiciel de retouche Photoshop, que tout le monde connaît en effet, même les béotiens, même les non utilisateurs, et qui laisse penser qu’une photographie est une œuvre jamais achevée, sur laquelle toutes les interventions graphiques sont à la fois possibles et faciles !

Il en allait tout autrement du temps, pas si lointain, de la photographie argentique. La photo était alors entourée d’une sorte de mystère réservé aux initiés, celui de la chambre noire. Et dans sa pénombre, les trucs et astuces qui permettaient de retoucher le négatif ou l’émulsion d’une photo, sa surface ou sa couche – pour l’améliorer, la transformer ou la truquer – étaient quant à eux réservés aux seuls grands prêtres.

Le Met expose depuis octobre une série d’œuvres emblématiques de cette époque révolue et propose un catalogue de cette exposition. On y découvre des sujets disparates : de l’Art à l’amusement en passant par la publicité, la preuve de l’existence des fantômes ou encore la politique. Ainsi des exemplaires avant-après de portraits de politburos dont les membres étaient effacés au gré de leurs éliminations, ou encore le portrait officiel du Grand Timonier Mao, figé dans une éternelle jeunesse.

On admirera aussi quelques épreuves magiques de la veine qu’on a appelée pictorialiste, bien représentée par Edward Steichen :

Ci-dessus : deux photos d'Edward J. Steichen. En haut : « Rodin - Le Penseur » (1902), tirage à la gomme bichromatée. En bas, « La mare, lever de soleil » (1904), épreuve au platine et ajout de couleurs.

Liens :

- le site du Met

- le site de l'exposition

- le catalogue de l’exposition en vente en ligne à la boutique du Met

Images © (de haut en bas de la page et de g. à dr.) : Collection of The Richard Avedon Foundation - The J. Paul Getty Museum - The Nelson-Atkins Museum of Art, Kansas City - The J. Paul Getty Museum - Collection of Francisco and Josiane Merino - Permission of Joanna T. Steichen - Alfred Stieglitz Collection.