À propos

Nouvelles

 Conférences graphiques

Vies d’un livre illustre
La bibliothèque, merveille technologique
imagemenu
VIES DES HOMMES ILLUSTRES
Par Plutarque, traduit en Français par Jacques Amyot, Paris, chez Jacques du Puys, 1583
1 VOLUME  FORMAT 27 x 37,5 CM   

Le mot livre n’a pas toujours désigné cet objet que nous connaissons. Quand, dans son avis aux lecteurs de celui-ci, Jacques Amyot nous dit qu’il a recherché en Italie la meilleure matière pour sa traduction parmi les livres disponibles, il s’agissait aussi bien d’éditions imprimées, incunables, princeps, que de manuscrits, certains sur parchemin, d’autres sûrement en rouleaux ! Quand il y travaillait, vers 1560, ou à la sortie des presses de notre exemplaire, l’imprimerie avait à peine plus de cent ans et c’est ce tout nouveau médium qui a permis à ce texte de « renaître ».

Amyot (1513-1593) a opéré le tri, l’exégèse et la reconstitution des fragments et des versions de ce livre de Plutarque (ca. 45-125) qui étaient parvenus jusqu’à lui. Jusqu’à Plutarque : 900 ans de souvenirs, légendes et récits récupérés par bribes, recomposés et arrangés. Jusqu’à Amyot : le livre de Plutarque qui lui parvient au bout de 450 ans, en morceaux hétéroclites, douteux, qu’il nettoie et récrit. Et on lit toujours son livre à lui environ 450 ans plus tard (c'est le texte de l'édition de la Pléiade). Tout ça fait 1800 ans au total ! La mémoire est plus que le souvenir, auquel on ne peut se fier, c’est un travail qui doit être mené avec soin et honnêteté. Ses variations produisent la pensée. L’Histoire nous enseigne que ce sont ces exercices, délaissés depuis l’Antiquité, que les hommes ont voulu reprendre au XVIe siècle, qu'on a du coup nommé siècle de la Renaissance.

Ces biographies ont un air de vérité resurgie. Les portraits gravés dans ces pages ont la pureté originelle des médailles ou de la statuaire, reprises au trait. La mise en page savante (notes, grille de numérotation…), le fort papier et les magnifiques lettres garaldes utilisées par Jacques du Puys nous attirent dans sa lecture, malgré la vieille langue et les particularités typographiques du temps : ligatures, troncatures abréviatives, etc. On apprécie le beau mariage des intentions de Plutarque et d’Amyot, œuvre régulièrement rééditée, influence pour tant d’auteurs, dont Shakespeare, source déterminante pour le style de Montaigne.

Le premier tirage des Essais de Montaigne date de 1580. C’est le même plaisir d’écrire, de circuler par digressions, répondre aux étrangetés par raisonnement ou affirmation personnelle… Nous sommes au temps des Humanistes. Nous devinons leur grand outil, merveille technologique d’alors : leur bibliothèque.