À propos

Nouvelles

 Conférences graphiques

William Rubens, éditions Elsevier Science & Technology France
« – Les articles de demain seront parties prenantes dans les travaux de recherche et non plus seulement des reflets »
imagemenu
ENTRETIEN AVEC WILLIAM RUBENS, DIRECTEUR
Elsevier BV, Issy-les-Moulineaux (92)

Photographie © Arnaud Chambon

J’ai rendez-vous avec William Rubens à ses bureaux à Issy-les-Moulineaux. Nous travaillons à une documentation pour ses activités. En fin de réunion nous devisons et mesurons les évolutions actuelles des métier de l’édition.

PBlanc : Je pense qu’il serait intéressant que tu décrives en quelques mots simples ce qu’est une « solution » Elsevier Science & Technologie – c’est le nom donné à tes produits. Que l’on comprenne de quelle manière un éditeur qui porte le nom d’un imprimeur du XVIIe siècle a pu augmenter et diversifier ses activités par rapport au « papier imprimé ».

WR : Nous sommes partis d’un constat simple : le monde de la recherche, à qui nous nous adressons, est en perpétuelle évolution – voire révolution ces derniers temps. Ceci entraine la multiplication et la complexification des enjeux et de nouvelles attentes. Les chercheurs doivent disposer de solutions « intelligentes », c’est à dire, bien sûr, informatiques. Ces solutions accélèrent les processus de recherche, elles apportent aussi une nouvelle vue sur des paramètres qui sont dorénavant à prendre en considération, comme par exemple la bibliométrie.

PBlanc : En deux mots : la bibliométrie ?

WR : Analyse quantitative et qualitative des informations et des communications reçues et émises, par moyens statistiques... Deux mots ne vont pas suffire...

PBlanc : OK, vous mesurez l’intérêt des communications pour les faire circuler au mieux. C’est ça ?

WR : En très gros c’est à peu près ça. Les outils de ce type permettent par exemple aux scientifiques de décider de l’opportunité de collaborations, de juger de la pertinence de certaines recherches.

PBlanc : Combien d’acteurs dans le monde, comparables à Elsevier sur ces domaines ?

WR : Parlons plutôt de la multiplication des initiatives des acteurs, au niveau international bien sûr, mais surtout local. Ça entraine un cercle vertueux de l’innovation, vraiment ! et ça permet d’apporter des réponses de plus en plus précises et calibrées aux objectifs de nos partenaires : globalement et localement.

PBlanc : Parmis ces acteurs, j’imagine que nous pouvons trouver des acteurs du secteur privé mais aussi du secteur public ?

WR : Parfaitement ! Certains organismes ou institutions de recherche développent leurs propres solutions à destination des décideurs de l’institution concernée ou encore de façon plus générale au marché national. Nous vivons là une période extrêmement excitante où chacun cherche à mieux mesurer pour mieux se comparer sur le plan local, national et international – tout en s’attachant à tenir compte des spécificités.

PBlanc : On dirait que le monde change mon bon monsieur.

WR : Sans être sentencieux : nous sommes en pleine révolution technologique. Ça fait peur à plein de monde. Moi je répète à mes collègues et à nos partenaires que nous avons de la chance de vivre ça.

PBlanc : Vous réflechissez à l’édition scientifique et médicale dans 100 ans ?

WR : Il serait présomptueux d’apporter une réponse toute faîte, mais on peut essayer d’imaginer. Regarde par exemple notre « article of the future » (v. lien ci-dessous), et tu verras combien ces évolutions majeures orientent la façon dont les articles de demain seront parties prenantes dans les travaux de recherche et non plus seulement des reflets. Par ailleurs, il est possible d’imaginer que nous allions de plus en plus vers des recherches fédérées sur tout types de supports (ebooks, articles de revues…) pour accélérer et optimiser encore et davantage le processus de recherche. Enfin, la bibliométrie, dont on parlait, va probablement avoir un rôle croissant pour orienter les politiques de recherche, aussi bien au niveau des décideurs publics, des décideurs universitaires, des directeurs de laboratoires et enfin des chercheurs eux-mêmes.

 

Lien vers « The Article of the Future » : www.articleofthefuture.com